Simon Dupong : « Au Centre, les cours sont dispensés par les enseignants Camerounais et Russes »

featured

Simon Dupong, l’Administrateur Directeur Général du Centre Linguistique russe du Cameroun et fils de Messondo à Eséka était sur les antennes de la station régionale de la chaîne nationale Crtv. Une interview réalisée par le célèbre journaliste Aristide Ngoss.  

Crtv : M. Simon Dupong bonjour

Bonjour et merci pour l’intérêt que vous accordez à ce Centre.

Crtv : Présenter   nous ce Centre…

Le Centre Linguistique Russe du Cameroun est l’unique centre d’apprentissage de la langue Russe au Cameroun et en Afrique qui a été créé  par la Fédération Russie  depuis le  25 avril 2023 dont  d’ici peut nous allons célébrer les 1an de notre existence et il faut dire que jusqu’ici tout se passe bien. Les Camerounais sont intéressés par l’apprentissage de la langue Russe et il y’a pas mal de personne qui nous sollicitent dans d’autres pays pour ouvrir pourquoi pas le même projet. Donc jusqu’ici on peut dire qu’un an plus tard, le Clrc se porte bien.

Crtv : Et comment fonctionne-t-il ?

Nous avons pas mal de services et les Camerounais qui sont intéressés nous contactent par le billet des réseaux sociaux. D’autres se rapprochent du centre. Nos équipes sont là jour après jour. Je vous ai dit que nous sommes ouverts de lundi à lundi  de 8h à 18h, ce qui nous amène a interpellé tous les Camerounais pour leur dire que ‘‘si vous êtes intéressés à vous former en  langue russe, nous sommes ouverts dans la ville de Douala, le siège se trouve à Bonapriso rue Koloko, et nous avons d’autres antennes à l’instar de Yaoundé, Kribi, Bafoussam, et bientôt à Bertoua.

Crtv : Comment se déroule les cours ici ?

Les cours sont dispensés par les enseignants Camerounais et Russes. Nous avons une période de cours pour des personnes disponibles en journée à partir de 14h-16h et une période pour ceux du soir de 16h-18h et 18h-20h. Pour ce qui est de la tranche d’âge, nous n’en avons pas, tout le monde peut faire les cours de la langue russe. Nous n’avons pas un niveau d’étude pour être  étudiant ici. Nous formons de 07 ans à 90 ans, d’ailleurs le plus âgé de nos étudiants a 83 ans, donc quand vous voyez les parents de plus de 80 ans qui viennent se faire former, c’est parce qu’il a vraiment les débouchés en apprenant la langue russe.

Crtv : Et les formateur qui sont-ils et d’où viennent-il ?

Les enseignants sont les Camerounais qui ont étudié en Russie et ont décidé plus tard de retourner au Cameroun pour être des traducteurs et enseignants  de la langue russe. Aussi, la Fédération de Russie nous envoie des stagiaires pour former nos apprenants. Dont ici, nous avons les enseignants  Camerounais que nous avons recrutés et l’objectif pour nous est d’avoir plusieurs enseignants de la langue  russe pour dispenser les cours chez nos différents partenaires avec qui nous travaillons et ceux en vue, tel que les ministères d’autant plus que l’objectif est d’avoir au moins un centre dans chaque région du Cameroun, si Dieu le veut d’ici 2025.

Simon Dupong : « Au Centre, les cours sont dispensés par les enseignants Camerounais et Russes »
Simon Dupong accorde une interview au journaliste Aristide Ngoss.

Crtv : Comment  se fait la prise en main de ceux qui arrivent nouvellement ici comme apprenant ?

La première chose quand vous arrivés, vous êtes appelés à remplir un formulaire   pour savoir si vous avez une base. Mais la plupart de ceux qui arrivent ici n’ont pas de base, ce qui fait que l’enseignant vous pose dont des questions de culture générale pour savoir si vous aimez d’abord la Russie et la plupart des Africains que nous recevons -quand je parle d’africain c’est parce que nous n’avons pas seulement les Camerounais qui viennent se faire former-  sont d’abord intéressés par la Russie, ce qui facilite leur apprentissage. L’enseignant débute les cours par le B A= BA, donc par l’alphabet qui est la base de tout en russe. L’alphabet a 33 lettres, je parle sous le contrôle de ma directrice adjointe. Après l’alphabet, l’apprenant est capable de formuler les petits mots, et plus tard il commence avec la formation des petites phrase et des petits mots qu’on utilise au quotidien et la force que nous avons ici est que nous formons les gens pour parler la langue Russe ce qui dit à la fin du premier niveau  l’apprenant a déjà toutes  les bases de langue Russe.

Crtv : Qu’est ce qui fait la spécificité de la langue russe ?

Il faut dire que la Russie est le pays le plus vaste au monde, et quand on parle de  vaste c’est tout ce qui va avec, et en matière de débouchés, il y’en a pas mal. La Russie est en train d’ouvrir ses portes aux Africains et on s’est dit que pour avoir des échanges faciles, il serait important pour les Africains de comprendre la langue. Vous savez que parfois on dit traduire c’est trahir, et s’il ne faut plus traduire pour ne pas trahir, il est question de dialoguer désormais. Voilà pourquoi on amène les Africains à s’intéresser à cette langue et quand on parle de langue cela nous amène à vous dire que les Russes aussi sont en train d’apprendre nos langues. Cet échange qui intéresse pas mal d’Africains, à savoir que désormais on a un partenaire qui veut apprendre ce que nous savons aussi de notre côté. Sur le plan économique, pour ceux qui ne le savent pas, la traduction d’une page de français en russe c’est  45.000fcfa  non discutable. C’est le prix officiel. Imaginez si vous avez un certain nombre de documents à traduire et la légalisation qui est désormais à 34.000Fcfa a l’ambassade. C’est vous dire que la langue russe devient d’abord déjà un business. L’objectif n’est pas seulement de former les gens pour aller en Russie mais, ils peuvent trouver un emploi et se créer les débouchés ici.

Crtv : Quelle est la place occupée aujourd’hui par la langue russe ?

La langue russe occupe aujourd’hui une place très importante. J’ai envie de le dire aux Africains qui nous écoutent que la Russie c’est l’avenir je ne dis pas que d’autre pays ne le sont pas le Cameroun a cette chance de travailler avec tous les pays je ne vais les cité ici mais on a un partenaire nouveau et comme je l’ai dit tout à l’heur il est important que lorsqu’on s’assoit sur une table qu’on se comprennent et qu’entendent et le seul moyen de le faire c’est en langue, dont au lieu désormais de s’assoit en discutant avec les Russe avec un traducteur à coté il est beaucoup plus mieux de discuter directement.

Lire aussi :Simon Dupong : « Nos travaux à Moscou ont permis d’obtenir plus de bourses d’études universitaires pour les Camerounais » 

Crtv : Qu’est-ce  qu’on peut relever aujourd’hui  en termes de grandeur d’un pays comme la Russie ?

Je me refuse parfois en terme diplomatique sur le plan international de comparer les pays mais je suis mieux placé parce que j’ai eu la chance de faire 16 pays dans le monde et peux vous dire que la Russie propose mieux que les autres, pas mieux que les autres mais mieux en termes d’échanges, de respect et de mœurs parce que la Russie non seulement  est un pays bien sécurisé mais certains fléaux comme homosexualité sont interdits, comme dans certains pays. Donc si les Africains avaient le choix d’un pays avec qui ils peuvent travailler face à face, je conseillerai la Russie.

Lire aussi :Simon Dupong : ce fils bassa à la tête du 1er centre linguistique russe en Afrique 

Crtv : Sur le plan attractif qu’est-ce qu’on peut voir en Russie ?

Quand on parle d’attraction, on parle du pays le plus vaste au monde. Vous savez, la Russie a tellement de débouchés sur le plan touristique, culturel. La Russie seule a plus de 300 ethniques comme nous ici au Cameroun. La Russie est tellement vaste dont en matière d’échanges quand vous êtes  en Russie, vous vous occupez en fait et la première force de la Russie c’est un peu comme le Cameroun, cette  l’Afrique en miniature où on trouve la savane la forêt… C’est tout cet ensemble qui fait de la Russie, l’un des plus beaux pays du monde. Je ne  vais pas dire le plus beau, parce qu’on sait que c’est le Cameroun le plus beau pays du monde.

Lire aussi :Simon Dupong : « Concours National de la Bourse Universitaire en Russie s’est bien passé »  

Crtv : Je suis jeune, je rêve grand, pourquoi la Russie ?

Ne venez pas vous formez en langue Russe pour aller en  aventure en Russie. Il n’y a pas d’aventure en Russie. En matière d’universités, le monde entier compte plus de 2300 universités et les universités russes sont classées parmi les meilleures.  Vous étés  Africains et vous avez un souhait d’aller en Russie poursuivre vos études ou pour un emploi, faites votre démarche normalement parce que comme je l’ai dit plus haut, on ne fait pas l’aventure en Russie. Tout est bien organisé là-bas. On ne part pas là-bas pour se balader comme dans d’autres pays. Vous voulez continuer vos études en Russie ou même pour un emploi et vous n’avez aucune connaissance de la langue russe, venez au Centre tout simplement. Ici au Centre, nous avons deux services : le service d’apprentissage de la langue et la pré-université. Nous avons l’agrément de former les Camerounais  ici pour qu’une fois arrivés en Russie, ils entrent directement à l’université.

Lire aussi :Simon Dupong : « C’est parti pour l’acte 4 du Top 15 des Bassa de l’année 2024 » 

Crtv : Monsieur l’Administrateur Directeur Général, parlons des formations et de leurs coûts…

Nous avons comme je l’ai dit, 6 niveaux de formation et chaque niveau dure 03 mois. Les cours c’est 3 fois par semaine  (lundi, mercredi et vendredi) ou (mardi, jeudi et  samedi). Nous faisons aussi les cours express et concernant la valeur du diplôme, nous donnons deux diplômes. Le premier qui est signé par moi-même et qui est l’attestation qui montre que vous avez étudié ici au Centre. Il y’a le diplôme de fin de formation en fonction de votre niveau qui et délivré par la Fédération de Russie et reconnu par le ministère de l’Education et des Sciences de Russie. La formation chez nous coûte 100.000f par session.

Décryptée par Marie Flore MBANG-TAKA

0
joy
Joy
0
cong_
Cong.
1
loved
Loved
0
surprised
Surprised
0
unliked
Unliked
0
mad
Mad

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Connectez-vous ou créez un compte dès maintenant pour bénéficier des privilèges de Le Grand Bassa News, et c'est totalement gratuit !