Festival Nsa’a 2024: Happy end !

Festival Nsa’a : Happy end !

La 2ème édition de la grand-messe du peuple Bassa  s’est refermée samedi 2 mars 2024 à Douala à la grande satisfaction des festivaliers.

 

Tout est bien qui finit bien ! Le rideau s’est refermé samedi 2 mars 2024 sur la 2ème édition du festival culturel Nsa’a sous une note de satisfaction générale des festivaliers et des organisateurs. « Nous pensons que notre message de vivre ensemble a été entendu, c’est visible, c’est audible ; spirituellement, c’est très profond. Ma satisfaction est profonde et totale. Je voudrais exprimer ma gratitude à toutes les populations et communautés qui ont pris part  à festival », se réjouit Sm Gaston Mbodi Epee, chef supérieur du canton Bassa.

Lire aussi :Douala : la 2ème édition du festival Nsa’a est lancée  

Lutte traditionnelle, tournoi de football, des tables rondes, des expositions, concours de beauté ont meublé ce festival. Pendant 7 jours, du 26 février au 2 mars 2024, les fils et filles Bassa se sont donnés à voir à travers danse, art culinaire ; chants, contes, rites traditionnels et initiatiques. « C’est avec une grande fierté que je constate l’ampleur de votre engagement et la réussite de cette manifestation qui met en valeur la richesse et la culture traditionnelle du peuple Nsa’a. Ce festival constitue, vous vous en doutez, une opportunité exceptionnelle de célébrer nos traditions, notre histoire et notre identité en tant que peuple. Il est essentiel de préserver et de promouvoir nos valeur culturelles, car il est le reflet de notre passé, de notre présent et de notre avenir », dira le représentant du gouverneur du Littoral. Avant d’ajouter « Durant ces sept jours, nous avons pu apprécier la diversité de vos danses, de vos chants, de vos costumes et de rites ancestraux. Chaque activité organisée a été l’occasion de découvrir ou redécouvrir les aspects de votre culture, qui vous rappellent la force de vos racines et la beauté de votre patrimoine. Ce festival est également l’occasion de renforcer la cohésion sociale et de favoriser le dialogue intergénérationnel. En  rassemblant les jeunes et les ainés autour de nos traditions, nous créons un espace de partage et d’échange qui contribue à la transmission de notre culture aux générations futures». Pour les organisateurs, ce festival qui réunit les Bassa du Wouri, de la Sanaga maritime, du Nyong Ekelle et du Nkam marque le réveil du peuple Bassa.

Lire aussi : Festival Nsa’a : le niveau des préparatifs évalué à 60%  

Les autres communautés vivant dans la métropole économique n’étaient pas en reste. Placé sous le signe du vivre- ensemble, les habitations, les mets, les danses et les habitudes vestimentaires et autres cultures des autres aires culturelles du Cameroun, notamment les Fang Beti, Soudano-sahélienne, Grassfield se sont côtoyées pacifiquement. Rendez-vous a été donné dans deux ans pour la troisième édition.

Blanchard BIHEL

1
joy
Joy
1
cong_
Cong.
0
loved
Loved
0
surprised
Surprised
0
unliked
Unliked
0
mad
Mad

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Connectez-vous ou créez un compte dès maintenant pour bénéficier des privilèges de Le Grand Bassa News, et c'est totalement gratuit !