Emy Dany Bassong : la haute pointure du cinéma africain

Emy Dany Bassong : la haute pointure du cinéma africain

Son jeu d’acteur est tout simplement du grand art, de quoi faire dire à certains observateurs qu’Emilienne Danielle Ngo Bassong est la version camerounaise de l’actrice Nigériane Ini Edo.  

Emy Dany Bassong vit chacun de ses rôles comme une réincarnation  de sa personne. Que son script lui demande de pleurer, de rire, de se morfondre, d’être colérique, de jouer la femme fatale ou d’incarner l’horreur, Emy Dany Bassong, de son vrai Emilienne Danielle Ngo Bassong, exécute à la perfection. Son jeu d’acteur ne laisse aucun cinéphile indifférent. Son talent tutoie avec humilité et honnête celui de la Nigériane Ini Edo qui a fait rêver toute une génération, et continue d’ailleurs. Son interprétation va au-delà du texte. C’est le petit regard, l’attitude, la posture, les nuances dans le phrasé, les battements de cils… C’est du charisme, mais pas que.

Lire aussi :Armand Biyag : Immense !  

Emy Dany Bassong est née avec le cinéma dans la peau. Elle a ce don que peu d’acteurs au monde ont du mal à acquérir, bien que bardés de diplômes. Mais à côté du don, cette Bassa Bâti Mpo’o de Babimbi, qui est venue au monde le 4 janvier 1991 à Yaoundé, a travaillé son art avec passion et abnégation. Sa mère, son indéfectible soutien, n’a jamais été loin d’elle. Depuis le départ pour l’éternité de son père, alors qu’elle n’était qu’une gamine, Emy Dany et sa mère sont restées soudées, ensemble contre le monde.

Lire aussi :Simon Dupong : « C’est parti pour l’acte 4 du Top 15 des Bassa de l’année 2024 »  

Emy Dany Bassong fait quelques interventions devant le petit écran, notamment dans le long métrage «Le Choix » du réalisateur Ghislain Towa, en 2004. Mais elle se démarque réellement dès 2018, à travers sa web série « Les Tcha-Kaï » où son personnage nomme Ngo Bikai fait sensation. Les projecteurs ont du mal à la quitter désormais. Les réalisateurs se battent pour l’avoir. Rien que sa présence dans une production accorde déjà du crédit au job du réalisateur. On l’a vu exceller dans « Tourbillon » de Blaise Ntedju aka Blaise Option, « La Nouvelle Epouse » de Gaby Ngounou, « Samba Le Général » de Jean de Dieu Tchegnebe aka Manolap… « Madame…Monsieur » d’Ebenezer Kepombia, aka Mitoumba. Son rôle dans cette série familiale de Mitoumba va être primé à la 6ème édition du Sotigui Awards 2021 au Burkina Faso. Emy Dany Bassong reçoit l’Awards de la Meilleure interprétation féminine de série africaine et le prix du public.

Lire aussi : Mintoumba : cet héritage culinaire du peuple bassa 

Si toutes ses prestations sont à enseigner dans les amphithéâtres, son rôle le plus bouleversant, le plus poignant est certainement celui qu’elle joue dans « 2 Avril » de Noëlle Kenmoe. C’est vrai que dans « Enterrés » de Françoise Ellong elle est impeccable, mais personne n’aurait pu mieux incarner son rôle principal dans le « 2 Avril ». C’est du grand art, dans un film chargé d’émotions. Quand, lors de la 13 éditions des Canal 2’Or en 2021 elle repart avec le trophée de la meilleure comédienne et le Prix de la meilleure interprétation féminine série TV africaine, ce n’est que rendre à César ce qui lui appartient.

Opératrice économique, réalisatrice, productrice, mère, Emy Dany Bassong continue d’écrire son nom dans le monde du cinéma, et de faire la fierté du Cameroun à l’international.

Simon DUPONG

0
joy
Joy
0
cong_
Cong.
0
loved
Loved
0
surprised
Surprised
0
unliked
Unliked
0
mad
Mad

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Se connecter

Connectez-vous ou créez un compte dès maintenant pour bénéficier des privilèges de Le Grand Bassa News, et c'est totalement gratuit !